Maintenance

Une mise à jour planifiée sera effectuée ce lundi, le 28 juin, vers 7h00. Cette mise à jour devrait durer environ 30 minutes.
A scheduled update will be performed this Monday, June 28, at 7:00 AM. This update should last around 30 minutes.

Hockey Le Magazine

Véronic DiCaire : authentique et loin des imitations

Photos: crédit André Pichette
 

Quand arrive la fièvre du golf au printemps, Véronic DiCaire n’y échappe pas. Elle n’est peut-être pas la première à se lancer sur les parcours en raison de son horaire chargé, mais au fil des saisons, la chanteuse est tout de même devenue une ambassadrice hors pair quand vient le temps d’influencer et d’amener plus de femmes sur les parcours. Rencontre avec une artiste qui aime penser autrement.

 

Jean-Sébastien Légaré | Au19e.ca

Rédacteur en chef

 

« Pour moi l’envie de jouer au golf vient avec l’odeur des premières tontes de gazon à l’extérieur », raconte d’entrée de jeu l’énergique Franco-Ontarienne. Ce qui se comprend très bien puisqu’elle habite dans les Laurentides, où la neige tarde à disparaître au mois d’avril, alors que les passionnés de golf dans la région de Montréal trépignent déjà d’impatience à l’idée de leurs premières sorties sur les vertes allées des parcours.

Lorsque vient le temps de lui demander si elle est satisfaite de sa dernière saison de golf, elle ne parle pas de performance, ni de quantité, mais plutôt de qualité. Quoi de mieux que quelques parties de golf en compagnie de Robert Charlebois? Pandémie oblige, elle n’a pas été en mesure de jouer autant qu’elle l’aurait souhaitée.

 

Attirée par la discipline

Naturellement, lorsqu’on évolue dans le milieu artistique en tant que personnalité publique, les invitations sont nombreuses pour participer à des tournois de golf caritatifs et c’est ainsi que Véronic a d’abord été introduite au monde du golf.

C’est toutefois son conjoint, grand amateur de golf, qui a d’abord éveillé sa curiosité. « Je voyais Rémon partir pour aller jouer et je me disais : Ben voyons! Ça l’air le fun! Alors tranquillement pas vite, je m’y suis intéressée et j’ai décidé d’aller suivre un cours », raconte Véronic, qui résidait à Montréal à l’époque.

Dès cette première leçon, elle a adoré la discipline et les efforts nécessaires pour la pratique.

Une discipline qui s’apparente d’ailleurs au métier qu’elle exerce maintenant depuis plus d’une vingtaine d’années et où les parallèles sont nombreux avec le golf, selon elle.

« Lorsqu’on arrive sur un trou de golf, ça peut bien aller, comme ça peut ne pas bien aller et c’est la même chose pour nous sur scène. Parfois, durant un spectacle, il y a une fausse note ou la voix peut craquer et on se dit : mon Dieu, qu’est-ce qui se passe? En fait, ce n’est pas une fin en soi. On peut se rattraper au prochain numéro ou au prochain spectacle. Le golf c’est donc pour moi un parallèle intéressant avec mon métier », explique DiCaire.

 

Comment attire-t-on les femmes ?

En des temps plus normaux, la chanteuse organisait le Véro Open au profit de différents organismes, dont la Fondation Véronic DiCaire qui appuie les activités de la francophonie liées à la culture et à l’éducation. Il s’agissait d’un événement golf qui étonnait beaucoup de gens de par le nombre de femmes participantes. Il allait donc de soi de lui demander son avis sur les moyens à employer pour favoriser la présence des femmes sur les parcours de golf. Elle n’est pas passée par quatre chemins pour nous offrir sa réponse initiale.

« Je pense qu’il ne faut pas juste attirer les femmes en mettant des vêtements roses au golf! On aurait avantage à peut-être repenser les trous. Moi je sais que parfois 18 trous, c’est trop. Est-ce que 12 ou 16 seraient possibles ? J’essaie de penser différemment.

Je vais encore dans des tournois de golf où c’est très masculin, c’est-à-dire que les produits, les offres aux encans et les stations sur les parcours sont très masculins.

On aurait avantage à attirer la gent féminine avec des offres qui leur parlent » dit-elle avec réflexion.

Facilitez l’envie d’aller jouer au golf pour les femmes, spécifiquement les mamans est un élément sur lequel DiCaire a mis l’emphase lors de notre rencontre.

Développer des offres connexes telles que des services de garderie afin de permettre aux mères de profiter du temps passé sur le parcours. Ce n’est évidemment pas tout le monde qui peut passer plus de quatre heures sur le parcours et c’est selon elle une réalité à laquelle les clubs devraient davantage réfléchir.

 

Âge : 44 ans

Ville natale : Embrun, Ontario

Joue au golf depuis plus de 10 ans

Dextérité : Droitière

Il y a présentement aucun vidéo de disponible.

Dernières nouvelles

Social