Hockey Le Magazine

Robert Charlebois : le golf, c’est un spectacle !

Robert Charlebois n’est peut-être pas le plus grand passionné de golf, mais il en est certainement un amoureux. Lorsqu’il est sur le parcours, il profite du spectacle naturel qui lui est offert et c’est sans aucune prétention qu’il tente de frapper la petite balle blanche. 

 

Jean-Sébastien Légaré | Au19e.ca

Rédacteur en chef

 

Si vous avez la chance de croiser Robert Charlebois sur un parcours de golf, il y aura assurément quelques fous rires et la discussion n’aura rien de complexe. Vivre le moment présent, comme dit si bien la maxime.

L’auteur-compositeur-interprète de renom a le privilège de vivre à proximité du Club de golf Balmoral depuis plus de 40 ans. « Le golf est à trois minutes de chez nous. Il y a d’autres sports comme le tennis, mais au golf, on dirait qu’il y a comme un spectacle. Plus la saison avance, plus on joue dans des montagnes rouges et plus c’est beau! Il y a vraiment quelque chose de magique », raconte celui qui aime prendre le temps de jouer aux côtés de sa femme, Laurence, et de ses deux fils, Victor et Jérôme.

 

Des signes d’Elvis

Le golf est apparu relativement tôt dans la vie de Charlebois, et ce, même avant la musique. Tant et si bien que c’est en quelque sorte la technique de l’élan qui a confirmé l’étincelle pour l’univers musical.

« Mon père avait un petit parcours de neuf trous à Laval quand j’avais 10 ou 12 ans. À l’époque, il y avait des chaussures noires et blanches et il y avait un p’tit côté Elvis, alors que les golfeurs terminaient toujours de la même façon [sur une jambe et tournés vers la cible]. Moi je m’étais dit : ‘Me semble que ça ressemble à Elvis ça!’ Et à 12 ans, j’ai lâché le golf pour aller vers la guitare, le rock’n’roll et tout ça. Mais pour quelqu’un qui joue depuis l’âge de 12 ans, disons que je mérite la médaille du pire golfeur de la planète », avoue humblement l’artiste qui soufflera 78 bougies le 25 juin.

 

Pour demeurer humble

L’un des principes qui caractérise et que nous apprend ce sport est évidemment l’humilité, alors que n’importe quel golfeur vous dira que le nombre de mauvais coups est largement plus élevé que celui de bons. D’ailleurs, Charlebois n’hésite pas à mentionner qu’il devra vivre jusqu’à 102 ans s’il souhaite jouer son âge, un jour.

On se rend rapidement compte que le pointage n’a pas d’importance dans une journée de golf réussie pour Robert Charlebois. Le défi en soi lui permet d’oublier tous les tracas du quotidien et d’avoir un léger rappel de ce qu’est la modestie.

« Le golf, c’est nous contre nous! Tout dépend de ce que tu as bu la veille. Tu t’aperçois de ta vraie forme si tu ne te comptes pas d’histoire et que tu ne donnes pas un p’tit coup de talon sur la balle une fois de temps en temps. Pour s’évaluer, il n’y a pas meilleur sport. »

 

Âge:  77 ans

Ville natale: Montréal

Joue au golf depuis l’âge de: 12 ans

Dextérité: droitier

Il y a présentement aucun vidéo de disponible.