Hockey Le Magazine

Dans les règles | Un système universel et simplifié

iStock

Depuis le 8 janvier dernier, un nouveau système d’handicap universel a été mis en place par la R&A et la USGA. Le but est de faciliter son utilisation, ce qui permettra à un plus grand nombre de golfeurs et golfeuses d’obtenir et de maintenir un facteur handicap.

 

Jean-Sébastien Légaré | Au19e.ca

Rédacteur

 

Avant d’apposer un œil critique à cette nouvelle mesure, allons-y avec les faits : l’objectif primaire de ce nouveau système de calcul d’handicap est de rendre la pratique de notre sport plus équitable et accessible, et ce, peu importe le pays.

 

Plus accessible dans la mesure où vous devez seulement jouer 54 trous afin d’obtenir un handicap officiel. D’autant plus que les parties de 9 trous seront également comptabilisées pour ce calcul. Cela signifie qu’un golfeur ou qu’une golfeuse pourra jouer six parties de 9 trous et néanmoins obtenir un handicap.

 

De plus, le facteur handicap maximal a été majoré à 54, peu importe le genre, toujours dans le but d’augmenter la participation. Auparavant, le maximum pour les hommes était de 40,4, alors que chez les femmes, la limite était statuée à 36,4.

 

Une grande part d’équité

Pour ce qui est de l’équité, plusieurs aspects ont été modifiés, dont le nombre de systèmes en tant que tel. Mondialement, il existait six systèmes d’handicap différents. Par exemple, l’Australie, l’Afrique du Sud et l’Argentine avaient tous trois leur propre système de calcul d’handicap. Si un golfeur canadien avait l’opportunité de jouer au golf dans l’un de ces pays, la méthodologie qui permettait d’analyser son potentiel par rapport à un parcours de golf donné était différente de ce qui était fait au Canada.

 

Les instances du golf ont résolu ces divergences en instaurant un seul système de calcul universel. Compte tenu du nombre de parcours de golf à réévaluer sur la planète bleue, on nous informe que ce nouveau système est graduellement mis en place. Toutefois, aucune date n’a été avancée quant à la complétion totale du système.

 

Dans le but d’avoir un meilleur contrôle sur la variation des pointages enregistrés, le calcul de votre handicap tiendra compte de vos huit meilleurs scores des 20 derniers différentiels enregistrés, comparativement à dix selon l’ancien calcul. De plus, le système aura en mémoire les données enregistrées dans le passé, ce qui lui permettra, lors de l’évaluation, de tenir compte des habilités que le golfeur ou la golfeuse a déjà démontrées.

 

Pour ce qui est de la portion net de votre handicap, la limite est d’un double boguey net comme score maximum sur un trou. Cette limite remplace l’ancien Contrôle équitable des coups (CEC) qui variait selon l’handicap de l’individu. Concrètement, cela veut dire que vous devez tenir compte de la difficulté du trou pour connaître ce maximum. Par exemple, si vous êtes un golfeur possédant un handicap de 20 et que vous jouez le trou le plus difficile du parcours, une normale 4, votre score maximal sera de 8. Quatre coups pour la normale  et deux ajoutés pour l’handicap sur ce trou, ainsi que deux autres en vertu du maximum net octroyé. Donc, ce n’est pas un double automatique comme on dit dans le jargon québécois. Il faut également tenir compte de la difficulté du trou.

 

Toujours du côté de l’équité, la météo et les conditions du parcours seront maintenant des facteurs dans le calcul de votre pointage. Un algorithme a été mis au point afin d’ajouter de la valeur à une partie jouée sous la pluie ou dans de grands vents.

 

En fait, c’est avec cette mesure que l’on constate l’avantage de toute cette technologie informatique qui nous entoure. Plus les golfeurs et les golfeuses comptabiliseront leur score rapidement après leur partie, plus l’algorithme sera efficace et précis, car ce principe d’intelligence artificielle s’appuie sur les performances des autres golfeurs et golfeuses. Par exemple, si vous avez le privilège de jouer une partie sur le mythique parcours de Pebble Beach, en Californie, et que, malheureusement, les conditions météorologiques sont difficiles, sachez que le rendement de votre score sera calculé en fonction des autres pointages inscrits sur ce parcours au cours de cette même journée. À l’inverse, si vous connaissez une partie horrible lors d’une journée d’été parfaitement ensoleillée, dites-vous que l’algorithme tiendra compte des conditions clémentes, ainsi que des scores qui ont été enregistrés lors de cette même journée.

 

Vous pourrez donc constater que la mise à jour de votre handicap sera faite quotidiennement, comparativement à la méthode bimensuelle qui était utilisée dans l’ancien système nord-américain.

 

Concrètement, qu’est-ce qu’il y a de nouveau pour les golfeurs et golfeuses ?

-Peu importe où vous jouez dans le monde, votre facteur d’handicap sera calculé de la même façon.

 

-Vous pouvez obtenir un handicap après avoir joué seulement 54 trous.

 

-Le facteur d’handicap maximal est maintenant de 54.

 

-La moyenne de vos 8 meilleurs scores des 20 dernières parties enregistrées permettra d’établir votre facteur handicap, comparativement à 10 sur 20.

 

-Ce calcul sera ajusté quotidiennement et tiendra compte des conditions du parcours et météorologiques de la journée.

 

-Il est important de développer l’habitude de retranscrire votre score le jour même pour que le système soit efficace.

Dernières nouvelles

Social