Hockey Le Magazine

Billet Mario Brisebois | Adrien Bigras au Panthéon de la PGA du Canada avec les grands comme Huot, Knudson et Norman, ainsi que les premiers hommages

Depuis toujours, Adrien Bigras est considéré une légende du golf au Québec. L’excellente nouvelle est qu’il en devient officiellement une de l'étendue du pays.

 

Mario Brisebois | Au19e.ca

Collaboration spéciale

 

Il y retrouve des noms illustres au pays tels Georges Knudson, Al Balding et Moe Norman dans un quatuor d'exception.

Il s'avère le troisième Québécois à être intronisé, après ses prédécesseurs Jules Huot et Stan Horne, dans une annonce de la PGA canadienne survenue cette semaine et précipitée par la force des évènements.

Il faut savoir qu’Adrien Bigras traîne la COVID-19 depuis plusieurs semaines. La fragilité de son état, à l’âge de 85 ans, a nécessité une récente ré-hospitalisation.

Mise au fait de la situation, la PGA du Canada, dont le comité du Panthéon est présidé par Tom Greiner, a accepté de devancer le dévoilement, à la suggestion de la déléguée québécoise Debbie Savoy Morel.

La nouvelle à son ami Adrien a conséquemment été annoncée en privé dans une institution de la couronne nord de Montréal par André Maltais, qui a piloté le dossier avec brio.

 

Un honneur pleinement mérité

« Au cours des 60 dernières années, notre ami Adrien a eu un impact indéniable à la promotion du golf québécois », déclare André Maltais.

« Ses nombreuses victoires [plus de 110] le placent dans la catégorie des grands golfeurs québécois et canadiens. Animé d'un désir de vaincre sans pareil et d'une confiance sans borne, Adrien a su représenter ses clubs de golf et son association de différentes façons, avec grande élégance. Son intronisation au Temple de la renommée de la PGA du Canada est un honneur pleinement mérité », affirme aussi André Maltais.

 

Un champion, toutes catégories

Le vote pancanadien pour l'adhésion d'Adrien Bigras chez les immortels a été unanime, quoiqu'il ait fallu deux ans qu’on explique par un motif de sur-compétence.

Il a fallu statuer s’il appartenait à la catégorie « Joueur » ou « Professionnel de club. »

Avec 120 victoires sur la scène compétitive ici et ailleurs, ses années comme pro à Rosemère, comme proprio au club Le Manoir, et son rôle d’architecte au parcours Le Boisé, d’auteur et de professeur, Adrien Bigras est un champion dans toutes les catégories, comme tous en conviendront avec un tel palmarès et l’héritage qu’il laisse.

 

Un véritable modèle

« Adrien appartient très certainement au groupe sélect et exclusif des légendes du golf au Canada », révèle Debbie Savoy Morel.

« À ses années sur la scène compétitive, il était un joueur qu’on admirait, un compétiteur qui donnait toujours son 100% et un professionnel qui était passionné et généreux pour ses élèves et ses membres. Il a largement contribué à l'avancement du golf avec ses multiples implications. Merci Adrien d’avoir été un modèle pour nous, poursuit-elle au chapitre des éloges. Cet honneur lui revient amplement. » 

 

Gratitude générationnelle

L'impact d'Adrien Bigras peut se faire ressentir de génération en génération.

Les témoignages de félicitations et de reconnaissance commencent à entrer et l’un des premiers a été celui de Dominic Racine, directeur général de la PGA du Québec, y allant de ce vibrant hommage qui remonte à sa jeunesse.

« Monsieur Bigras a été d'une influence importante dans mon choix de carrière au golf », écrit-il.

« À l’âge de 14 ans, j’ai participé à un camp qu’il donnait à son club et j’ai été tellement impressionné par sa gentillesse, sa prestance et son talent. Depuis ce jour, il a toujours été la définition d’un professionnel de golf pour moi. Maintenant, plus de 30 ans plus tard, il a toujours cette influence car j’apprécie énormément les discussions que j’ai avec lui, entendre ses anecdotes et ses points de vue. Son entrée au Temple de la renommée de la PGA du Canada est un honneur amplement mérité, et je veux le remercier personnellement et de la part de la PGA du Québec pour tout ce qu’il a fait pour notre profession, notre industrie et notre sport », ajoute-t-il dans mélange d'admiration et de gratitude.

Félicitations, Adrien Bigras, avec tout le soutien de la famille du golf pour la suite.

Les derniers mois ont été compliqués pour l'ancien cadet de Sainte-Dorothée, à Laval, issu d'une famille de dix enfants, en ajoutant le décès de son épouse, Claude, au début de l'été.

Il y a présentement aucun vidéo de disponible.