Hockey Le Magazine

Anne-Catherine Tanguay : c’est ce que l’on appelle un... bon départ!

Anne-Catherine Tanguay
Vous souhaitez que 2017 soit remplie de succès dans tout, y compris au golf ? Vous n’êtes pas les seuls, car d’autres, comme Anne-Catherine Tanguay, ont déjà une longueur d’avance sur bien du monde...

 

Mario Brisebois | MonGolf.ca

Collaboration spéciale

 

La golfeuse de Québec a connu un bon départ avec trois places dans le top 10 à ses premiers tournois du circuit Symetra. Elle a terminé 10e en Floride, avant de signer une deuxième, puis une troisième places en Californie et en Arizona. Ses performances lui ont permis d’amasser 17 711 $ en bourses, ce qui la place au quatrième rang dans cette colonne.

 

Rappelons que les dix premières, à la fin du calendrier, accèderont directement à la LPGA, en compagnie des plus grandes dames de la planète golf, en 2018.

 

De plus, Anne-Catherine Tanguay a raté par un coup sa qualification au Championnat Lotte, un tournoi régulier du calendrier de la LPGA disputé à Hawaii.

 

La golfeuse de 26 ans a évolué partiellement au sein du circuit de la LPGA l’an dernier, y complétant 7 tournois sur 14 dans le rôle de joueuse de remplacement ou de qualifiée du lundi. C’est très bien, mais c’est avec un statut à temps complet qu’elle veut y retourner aux côtés de Maude-Aimée LeBlanc, celle-ci en étant à sa deuxième année à titre de membre à part entière de l’élite mondiale.

 

Une athlète bien entourée

 

Hors des parcours, Anne-Catherine compte sur des appuis très solides. Parmi ses supporters financiers, il y a notamment Patrick Roy.

 

De plus, en début d’année, elle a été sélectionnée pour devenir porte-couleurs de l’équipe des « jeunes pros » de Golf Canada. Autre fait intéressant, son amoureux est Jean-Hubert Trahan. Il est lui aussi un professionnel de golf et il lui sert de cadet dans l’odyssée qu’elle a entreprise.

 

Anne-Catherine Tanguay a gagné dans les rangs amateurs, dans la NCAA et, encore avant cela, chez les juniors. Elle a réussi partout et dans tout, incluant son diplôme à l’Université d’Oklahoma, où elle a été nommée au sein de l’équipe d’étoiles de la division « Big 12 » autant pour son rendement sportif qu’académique, ce qui est doublement méritoire.

 

À présent, elle a tout ce qu’il faut pour atteindre son rêve. Alors, entre deux tournois, Anne-Catherine a bien voulu répondre à nos questions de façon très réfléchie et articulée, comme toujours.

 

Q QUELS  SONT LES PRINCIPAUX ÉLÉMENTS QUI EXPLIQUENT TES EXCELLENTS RÉSULTATS ?

R Ma persévérance et mon ardeur à l’entraînement depuis les deux dernières années. Mon jeu était très bon et il ne me manquait pas beaucoup d’éléments pour avoir de meilleurs résultats. J’ai mis un peu plus d’emphase sur ma préparation mentale/émotionnelle durant l’hiver, ainsi que ce printemps, et je crois que c’est un élément majeur de mes récentes bonnes performances.

 

Q UN AUTRE DE TES MÉRITES EST DE T’ÊTRE RELEVÉE SI BIEN DE LA MALCHANCE, SUR LE PLAN DE LA SANTÉ, QUI T’A FRAPPÉE LORS  DE LA QUALIFICATION FINALE DE LA LPGA EN DÉCEMBRE. COMMENT RETROUVE-T-ON SI VITE LA MOTIVATION ?

R Voilà deux ans que je sens que mon jeu possède le registre pour rivaliser au plus haut niveau. On ne peut pas déterminer la qualité de l’ensemble d’une année sur une seule semaine, mais c’est là l’effet pervers des qualifications pour le moral. Deux jours après la fin du Q-school, j’étais de retour à l’entraînement, au club, plus motivée que jamais puisque je savais que j’avais ma place sur le grand circuit.  Pour moi, il s’agit seulement d’y retourner et de travailler encore plus fort. Je crois également que ce sera beaucoup mieux quand la  LPGA va convertir la qualification au même système que le Web.com/PGA Tour.

 

Q TA RÉUSSITE TE POUSSERA À FAIRE DES CHOIX STRATÉGIQUES. EST-CE QUE TU DEMEURERAS AU SEIN DU CIRCUIT SYMETRA POUR Y SÉCURISER TA PLACE DANS LE TOP 10 ET OBTENIR TA PERMANENCE
SUR LA LPGA EN 2018 OU REFERAS-TU LA NAVETTE ENTRE LE GRAND CIRCUIT ET LE SYMETRA, COMME L’AN DERNIER ?

R Il est très difficile de faire les deux en même temps, puisque ça divise en deux l’accumulation des points pour les classements. Mon statut ne me permet pas de jouer assez de tournois de la LPGA pour avoir une bonne chance au classement de fin d’année qui décide de tout en prévision de la suivante. Voilà pourquoi je vais me concentrer sur le circuit Symetra et son top 10, afin de sécuriser un statut complet pour 2018.

 

Q EST-CE QUE PATRICK ROY T’APPORTE ENCORE UN SOUTIEN FINANCIER ?

R Je suis très chanceuse de pouvoir compter sur l’appui de Patrick Roy, Kim Thomassin, Luc Ouellet, Jacques Carrière et tous les supporteurs de ma soirée de financement du 30 mai 2016. Ce fut une occasion mémorable et une aide colossale afin d’entreprendre ma carrière. J’ai eu la chance de jouer avec Patrick à quelques reprises et il m’aide en partageant avec moi son approche à la compétition et sa préparation.

 

Q QUELLE A ÉTÉ TA RÉACTION À L’ANNONCE DE TA SÉLECTION AU SEIN DU PROGRAMME « JEUNES PROS » DE GOLF CANADA ?

R C’est un bel honneur d’y être sélectionnée. Ça me permet d’avoir des ressources supplémentaires à ma disposition (coaching, psychologue sportif, etc.). Nous avons eu un camp d’entraînement au mois de janvier où Alena Sharp était présente et ce fut très enrichissant de la côtoyer, elle et les autres joueuses. Le responsable, Tristan Mullaly, est venu me visiter en Floride durant la saison morte ce qui me donne une aide supplémentaire au travail que je fais avec mon entraîneur, Fred Colgan.

 

Q TU ES RECONNUE POUR NE PAS CRAINDRE LE TRAVAIL. OR, UNE JOURNÉE NORMALE POUR TOI, ÇA REPRÉSENTE QUOI COMME HORAIRE ?

R Mon horaire est assez variable, mais j’ai deux journées modèles que j’aime bien suivre et alterner selon l’achalandage au club et la météo. En général, lorsque je suis en semaine d’entraînement pendant l’entre-saison, je vais aller au yoga deux fois, au gym deux fois et la fin de semaine j’aime bien aller jouer dans les parties à l’argent avec les bons joueurs au Fort Lauderdale Country Club.

 

Q QUEL EST TON SECRET POUR RIVALISER AVEC LES PLUS LONGUES COGNEUSES DU CIRCUIT, MALGRÉ TES 5 PI 4 PO ?  

R À l’Académie Fred Colgan (AGFC), j’ai eu la chance d’avoir des entraîneurs qui mettaient beaucoup d’emphase sur la préparation physique. Je me souviendrai toujours de nos cours de spinning les samedis matins à 6h30 au PEPS de l’Université Laval. À 16 ans, Derek Ingram, l’entraîneur de l’équipe nationale, m’avait aussi conseillé de finir mes entraînements au champ de pratique en frappant 10 drives le plus fort que je pouvais afin de créer plus de vitesse dans mon swing. À l’université, j’ai fait beaucoup de StairMaster  en lisant mes magazines préférés, ce qui m’a permis de développer de fortes jambes qui sont ma plus grande source de puissance dans mon élan.

 

Q QUELS SONT LES AVANTAGES D’AVOIR TON CONJOINT À TES CÔTÉS, COMME CADET, SUR LES PARCOURS ?

R Il y en a plusieurs. Nous avons beaucoup de plaisir à voyager ensemble et c’est tellement plus facile à deux (conduire de longues heures entre deux tournois, transporter les valises à l’aéroport, aller chercher l’auto de location, arriver à l’hôtel à 11h le soir, etc.). Nous partageons tous les bons et moins bons moments ensemble. Jean-Hubert est d’abord et avant tout mon meilleur ami. Autant dans la vie que sur le terrain de golf, je peux toujours me tourner vers lui lorsque j’ai besoin de conseils. Il m’aide beaucoup à déconnecter lorsque nous quittons le terrain de golf. On se complète bien et je pense que c’est pour cette raison que nous formons autant une bonne équipe.

 

Q UNE AMBITION PARTICULIÈRE QUE TU SOUHAITES RÉUSSIR DANS TA CARRIÈRE ? 

R Gagner un tournoi de la LPGA.

 

Q EN TERMINANT, AURAIS-TU UN CONSEIL POUR LES JEUNES FILLES QUI PRENDRONT PART AUX TOURNOIS RÉGIONAUX, COMME TU LE FAISAIS IL N’Y A PAS SI LONGTEMPS ?

R Je vais partager le conseil que Lorie Kane m’a donné récemment : soyez votre propre coéquipière sur le terrain. Dans un sport d’équipe, nous avons la chance de compter sur des coéquipières pour nous encourager à pousser un peu plus et rester positive. Au golf, c’est à nous d’être notre propre coéquipier et s’encourager soi-même à continuer de se concentrer sur les bonnes choses et sur le processus.

 

ÇA POURRAIT AUSSI VOUS INTÉRESSER:

adidas pour elle | un seul embarras: le choix!

Le Club de golf du Club Sports Belvédère: un des joyaux de la Ville de Val-d'Or

Club de golf l'Express: un complexe digne des plus belles installations d'Amérique

Célébrités Max Pacioretty | Oui, mon capitaine!

Golf Story: l'important, c'est la...

Championnats universitaires canadiens: Hugo Bernard absent de l'équipe des Carabins

Luc Dionne aimerait écrire sur un grand tournoi

Tournoi des Maîtres: la grandeur de l'exploit d'El Nino

Retour de l'application mobile de la Revue GOLF INTERNATIONAL

Sur la route de Berthier

Blogue Mario Brisebois | Un autre sauvetage

Circuit Symetra: Anne-Catherine Tanguay à un coup d'un autre Top 10

Golf le Méandre: le « bijou » de la Côte-Nord

Mode 2017: le style avant tout

Blogue Daniel Caza | Une image en transformation

Ne manquez pas la quatrième émission de la sixième saison d'Au 19e sur les ondes de RDS

LPGA TOUR: Haru Nomura s'impose au sixième trou de prolongation

Circuit Européen: victoire d'Alexander Levy

80e Championnat senior: ça aura lieu à Oak Hill

Affaire Thompson: usage de la vidéo limité

Il y a présentement aucun vidéo de disponible.

Dernières nouvelles

Social