Hockey Le Magazine

Blogue Michel Lacroix | Un généreux personnage

Photo Getty

Ce fut un immense plaisir au fil des ans de rencontrer Jack Nicklaus. J’ai aussi eu l’agréable surprise de découvrir plusieurs facettes de ce personnage légendaire. Il existe en fait plusieurs Jack Nicklaus.

 

Michel Lacroix | RDS

Collaboration spéciale

 

Le premier Nicklaus qui vient à l’esprit est le professionnel au golf qui nous a éblouis pendant tant d’années inscrivant 73 victoires, dont 18 majeures, sur le circuit de la PGA. Une longue et prolifique carrière amorcée chez les pros en janvier 1962 avec une 50e position lors de l’Omnium de Los Angeles, un résultat qui lui a valu une fabuleuse bourse de 33,33$.

Il a façonné ce circuit professionnel avec notamment son éternel rival et compagnon de route, Arnold Palmer, au début des années 1960 lorsqu’on a créé le circuit de la PGA en se dissociant de PGA of America, dont les objectifs étaient différents.

Un fin stratège doté d’une puissance surprenante. Il pouvait diminuer la longueur de ses coups pour pouvoir exercer de la pression sur son partenaire de jeu grâce à un coup d’approche d’une précision remarquable en s’assurant de jouer en premier.

Un compétiteur qui n’hésitait pas à se munir des meilleurs outils pour améliorer son jeu. C’est ainsi qu’il a utilisé un carnet de notes à la suggestion d’un joueur de son époque, Dean Beaman, qui est devenu commissaire du circuit de la PGA.

Un gentilhomme, malgré que sa seule présence intimidait nombre d’autres golfeurs professionnels. Son geste d’avoir concédé un roulé en match de la Coupe Ryder au joueur anglais, Tony Jacklin, est encore à ce jour cité en exemple.

Un joueur doté d’un sens du spectacle hors du commun. On a vu et revu les séquences de sa remontée et de la consécration de sa sixième victoire au Tournoi des Maîtres. Il avait le don de signer les derniers moments de ses triomphes en réalisant des coups roulés spectaculaires sur le vert du 18e devant des galeries de spectateurs éblouis.

J’ai aussi rencontré Jack Nicklaus l’architecte, le concepteur de parcours de golf. Son entreprise a apposé sa signature sur plus de 425 terrains de golf dans une quarantaine de pays. Plusieurs de ces réalisations se retrouvent au Canada. Son plus célèbre legs est sans aucun doute le parcours de Glen Abbey, en banlieue de Toronto, qui a accueilli l’Omnium canadien à 30 occasions. Le tracé était à un certain moment tellement difficile que de nombreux joueurs refusaient systématiquement de disputer le tournoi.

L’architecte se manifeste aussi et particulièrement sur son parcours, le Muirfield Village, utilisé annuellement à l’occasion du tournoi Memorial sur le circuit de la PGA. Il fut aussi le théâtre de la Coupe des Présidents. Il ne se passe pas une saison sans qu’il n’apporte encore et toujours des modifications au terrain afin de le moderniser et d’essayer de lui donner le mordant nécessaire pour qu’il résiste aux assauts des longs cogneurs qui forment dorénavant l’élite de la nouvelle génération de pros.

 

Redonner à son sport

J’ai également croisé Nicklaus l’enseignant. Combien de cliniques a-t-il présentées au cours de sa carrière ? Combien de fois a-t-il répété les mêmes phrases et les mêmes explications aux amateurs qui buvaient ses paroles en quête du secret de son élan ? J’ai traduit ces questions et ses réponses, les réponses toujours livrées avec gentillesse et humour, deux armes précieuses dans son coffre d’outils.

Il m’est arrivé aussi de croiser Nicklaus l’ambassadeur, celui qui par son charisme réunissait tout aussi bien les organisateurs de tournois que les politiciens prenant part aux cérémonies protocolaires. Sa seule présence assurait bien souvent le succès d’un événement. Imaginez-le donnant un petit discours d’encouragement dans le vestiaire des Canadiens face à des joueurs médusés par une telle présence dans leur antre. Le même Nicklaus qui est venu en aide aux promoteurs de la prochaine Coupe des Présidents au Royal Montréal.

J’ai enfin rencontré le Nicklaus conscient de son devoir envers les autres. Homme de valeur, homme de famille. En compagnie de son épouse Barbara, il a fondé et mené à bien plusieurs fondations qui ont grandement contribué au bien-être des enfants en particulier et de nombreuses communautés. J’ai souvenir, alors que j’animais une soirée-bénéfice, d’un Nicklaus les yeux dans l’eau alors qu’il écoutait bouleversé les propos de son vieux complice, Gary Player, racontant les misères d’enfants dans le besoin.

Combien de Nicklaus ? Un seul.

Il y a présentement aucun vidéo de disponible.

Dernières nouvelles

Social