Hockey Le Magazine

Blogue Michel Lacroix | Le pari, l’image de marque et les enjeux…

Photo Getty

On aura beau retourner le problème de tous les côtés, ce sont les enjeux économiques qui dicteront le retour à la compétition des sports professionnels. Pas les mises en garde des responsables de la santé, les promesses d’engagement social des équipes et des athlètes de tous sports confondus, ni même les pressions exercées par les milieux politiques. Rien ne saurait supplanter l’importance des milieux financiers afin d’accélérer le processus de reprise des activités sportives.

 

Michel Lacroix | RDS

Collaboration spéciale

 

Et à cause de ces impératifs, la suite risque d’être chaotique. D’abord compléter une saison et  présenter des séries éliminatoires et des championnats pour certains. Pour d’autres, ce sera l’amorce d’un calendrier vraisemblablement écourté ou compressé. On peut s’imaginer la complexité des conditions de reprise dictées par chacun des sports visés.

 

Le pari que prend le PGA Tour, qui a annoncé la reprise de ses activités le 11 juin dans le cadre du Challenge Charles Schwab, au Texas, tient presque de la folie si l’on prend en considération tous les obstacles qui se dresseront sur son chemin en voulant réaliser pareil retour. Les problèmes de logistique sont, au bas mot, considérables. La moindre défaillance pourrait s’avérer catastrophique à plusieurs égards. On tentera de minimiser les risques en disputant les quatre premiers tournois du calendrier révisé à huis clos.

 

Une image qui n’a pas le droit à l’erreur

Pour la santé de ses professionnels et de l’équipe de soutien d’au moins une quinzaine d’évènements. Pour celle du personnel d’encadrement de ces tournois repartis aux quatre coins des États-Unis. Pour les communautés visitées, souvent décimées par la contagion. Pour toutes les entreprises et les partenaires généralement associés à ces compétitions.

 

Tout devra être irréprochable, impeccable. Avant, pendant et après le passage de la caravane du PGA Tour. Sinon…

 

Ça pourrait être lourd de sens pour cette organisation à but non lucratif qui se targue d’avoir versé au-delà de trois milliards de dollars en dons à plus de 3000 organismes au fil des ans. Ce serait synonyme d’une image ternie à jamais pour avoir précipité les choses. On aura beau imaginer un monde parallèle qui se veut sans faille, imaginez les conséquences d’une défaillance coûtant des vies en marge des tournois présentés.

 

Depuis sa création, à la fin des années 1960, le Circuit PGA Tour a toujours pris un soin jaloux de sa réputation. Il a même été critiqué en quelques occasions pour avoir exagéré à ce chapitre. On ne tolère pas d’écarts de conduite. Tout doit être absolument parfait dans cette organisation. Cette fois, la marge de manœuvre est nulle.

 

Puisse le pari être tenu sans que personne n’en paye le prix.

 

Il y a présentement aucun vidéo de disponible.

Dernières nouvelles

Social