Hockey Le Magazine

Blogue Michel Lacroix | Golf olympique: personnalité recherchée

Photo Getty

On a eu l’impression que le tournoi de golf olympique a littéralement été noyé dans la tempête sportive qui s’est abattue avec un an de retard sur la ville de Tokyo et ses environs. Ce ne sont pas moins de 34 sports, 310 épreuves et plus de 10 000 athlètes de 206 délégations différentes qui y ont été présentés. Comment contrer pareille opposition avec quatre petites rondes de golf banales, tant chez les femmes que chez les hommes ?

 

Michel Lacroix | RDS

Collaboration spéciale

 

Peu importe la composition des podiums au terme de l’exercice, il est impératif pour les responsables de la Fédération internationale de golf de réviser ses positions en vue de la présentation des Jeux de Paris et de Los Angeles en 2024 et 2028 sur des parcours de qualité comme le Club National et le Riviera Country Club.

Il leur faudra déterminer clairement la personnalité de ces tournois olympiques, une qualité qui a cruellement fait défaut lors du retour du golf à Rio, en 2016, et en cette année de pandémie au Japon. Zika et COVID-19 ont dès le départ miné le travail de ceux qui ont prêché pour le grand retour du golf dans la famille olympique, absent depuis 1904.

Le peu d’intérêt de certaines vedettes chez les hommes n’a pas non plus contribué à faire de ce retour un succès garanti. La présence de Tiger Woods aurait certes contribué à véhiculer une image de marque, or cela ne s’est pas produit.

Les commentaires des joueurs présents à Tokyo vont de toute évidence améliorer le point de vue des joueurs vedettes du circuit de la PGA. Ils ont été enthousiasmés par leur expérience. Ils ont exprimé leur fierté d’être des « Olympiens » et ont indiqué que leur seul regret était de ne pas avoir été en mesure de côtoyer davantage les autres athlètes.

Le golf masculin compte quatre épreuves majeures, le Tournoi des Maîtres, le Championnat de la PGA et les Omniums américain et britannique. Chacun de ces événements comporte des valeurs uniques et spécifiques de par la place qu’ils occupent dans l’histoire ou l’endroit où ils sont présentés.

Qui plus est, le Championnat des joueurs et les compétitions par équipe que sont la Coupe Ryder ou la Coupe des Présidents sont des compétitions qui ont aussi leur caractère bien particulier.

Chez les femmes, on compte dorénavant cinq championnats majeurs : les Omniums américain et britannique, le Championnat ANA Inspiration, le Championnat PGA féminin et le Championnat Evian. On compte aussi, comme compétition majeure, la Coupe Solheim qui oppose les meilleures Américaines aux meilleures Européennes. Et c’est sans compter les circuits asiatiques où, nombre de vedettes coréennes sont découvertes, saison après saison.

 

Multiplier les épreuves

Que faire donc pour donner une valeur ajoutée à un tournoi bien ordinaire ? Car il faut en convenir, les huit jours passés au Kasumigaseki Country Club n’ont pas soulevé de passion. Si on avait pu au moins compter sur la présence de spectateurs pour égayer l’endroit, cela aurait certes amélioré l’atmosphère plutôt que de compter uniquement sur le lancinant chant des cigales.

Il faut donc offrir un spectacle différent que celui auquel on est habitué et multiplier les épreuves, comme le font les autres sports traditionnels.

D’abord compter sur 60 joueurs provenant de 30 pays. Présenter tant chez les hommes que chez les femmes trois compétitions différentes. Une première au plan individuel. Deux rondes de 18 trous avec pointage cumulatif.

Une seconde compétition par équipe qui compterait deux rondes, une disputée en coups alternés et une autre selon la formule deux balles, meilleure balle.

Et enfin, une compétition mixte sur 36 trous également selon les coups alternés ou deux balles, meilleure balle et une selon la formule Scramble ou Vegas telle qu’on la connait chez nous en rendant obligatoire l’utilisation de neuf coups de départ chez les hommes et neuf pour les femmes.

Cela risque de ne pas faire l’unanimité chez les responsables et les joueurs, mais cela aurait enfin l’avantage de présenter le golf sous un angle différent. Cela permettrait aussi dans certains cas de jumeler des professionnels et des amateurs et d’en arriver progressivement à une certaine équité.

L’important, et j’insiste sur ce fait, est de donner à ce tournoi une personnalité qui lui sera propre et qui lui permettra de se démarquer autant à l’intérieur de ses cadres que dans la famille olympique où plusieurs sports sont à la recherche de nouvelles façons de faire. À quand le lancement du javelot à relais…

Chose certaine, peu importe le changement, ce sera certes mieux que quatre petites rondes et puis s’en vont…  

Il y a présentement aucun vidéo de disponible.

Dernières nouvelles

Social