Maintenance

Une mise à jour planifiée sera effectuée ce lundi, le 2 août, vers 7h00. Cette mise à jour devrait durer environ 30 minutes.
A scheduled update will be performed this Monday, August 2nd, at 7:00 AM. This update should last around 30 minutes.

Hockey Le Magazine

Blogue Jean-Sébastien Légaré | Un tournoi… comme les autres

Rory McIlroy (Photo Getty)

Les Jeux olympiques de Tokyo prendront enfin vie le 23 juillet. Après une pause forcée due à la pandémie de la COVID-19, ce sont 339 médailles qui seront à l’enjeu dans 33 disciplines différentes. Le golf y est présenté pour une deuxième olympiade consécutive. Six médailles seront décernées d’ici le 7 août. Le moment semblait idéal pour profiter d’une certaine effervescence dans le monde du golf… et pourtant!

 

Jean-Sébastien Légaré | Au19e.ca

Rédacteur en chef

 

Il est vrai que j’ai effleuré le sujet il y a de cela maintenant quelques semaines, mais il en vaut la peine de récidiver. La Fédération internationale de golf a laissé passer une belle opportunité.

Lorsque le golf a été officiellement annoncé comme discipline des Jeux olympiques de Rio, il y a un peu plus de 10 ans, les organisateurs n’avaient pas encore confirmé certains détails d’ordre technique, mais on avait déjà annoncé que le format de compétition allait être de 72 trous et disputé en formule individuelle en partie par coup.

Le résultat a été celui auquel les amateurs de golf sont habitués de voir à toutes les semaines autant sur le PGA Tour que sur celui de la LPGA. Ce sont des têtes d’affiche bien connues du public golfique qui ont remporté ces six médailles pourtant uniques. Quatre années ont passé depuis, plutôt cinq à vrai dire, et on n’y disputera pas la même formule.

Beaucoup de golfeurs se sont exprimés sur la possibilité de jouer selon une formule de jeu différente, plus spécifiquement en équipe de deux. Ç’a d’ailleurs été les propos des golfeurs canadiens, Corey Conners et Mackenzie Hughes. On semble se rallier pour un changement.

Petite parenthèse : on ne peut nier le fait que l’Invitation Dow Great Lakes Bay, qui a eu lieu le weekend dernier sur le circuit de la LPGA, a offert un spectacle franchement rafraîchissant.

La solution semble là, sous nos yeux, avec une formule en équipe de deux. Pourquoi n’a-t-on pas eu la fibre « novatrice » pour le tournoi olympique?

L’une des réponses que l’on avait obtenues à l’égard de cette question, avant la présentation des Jeux de Rio, est qu’une formule en équipe désavantage trop de pays qui ne sont pas suffisamment bien représentés à l’échelle mondiale.

Un argument qui manque de poids, à mon avis, puisque nombreux sont les athlètes qui, justement, ne font pas le poids face à l’élite mondiale de leur discipline respective. J’ai en tête l’équipe jamaïcaine de bobsleigh. Cependant, nul besoin de rappeler que la fierté de représenter son pays devant le monde entier est l’essence même de l’olympisme.

L’effet aurait été doublement intéressant puisque, comme vous le savez, le golf connaît une vague de popularité étonnante. La pratique sécuritaire du golf en période de pandémie a ouvert la porte à de nombreux nouveaux adeptes, mais aussi à d’anciennes amours. Bref, peine perdue. On remettra tout ça en 2024 du côté de Paris.

Ici, au Canada, on ressent tout de même une belle énergie face au tournoi olympique puisque Brooke Henderson est l’une des favorites chez les dames et du côté masculin, Conners et Hughes connaissent présentement de belles séquences. Ils se présenteront à Tokyo en pleine forme.

Mais je pose la question. Voulez-vous voir les meilleurs au monde sous une formule différente ou des joueurs amateurs rivaliser sous une formule conventionnelle? Le statut amateur est un autre sujet d’actualité, mais ce sera pour une prochaine fois. Entre temps, je vous invite à consulter La Presse+ pour y découvrir notre plus récent numéro du magazine Au 19e. Corey Conners en est d’ailleurs la vedette!

 

Le 15e bâton

Aujourd’hui, je veux vous donner un exercice à pratiquer sur le vert d’entraînement et qui demande toute votre concentration. Ne vous inquiétez pas, comme c’est toujours le cas, il n’y a rien de technique dans mes conseils du 15e bâton.

 

Avec le nombre de balles que vous le désirez, installez-vous sur le vert afin de pouvoir effectuer des coups roulés de différentes longueurs, c’est-à-dire que vous ne devez pas vous aligner en direction d’un trou ou d’une cible. L’objectif est de faire rouler la balle tout simplement ou presque.

Déposez au sol trois bâtons qui délimiteront des distances de votre choix. Par exemple, vous déposez un bâton à 15 pieds, un autre à 25 pieds et le dernier à 35 pieds. Déposez-les au sol comme des barrières, mais légèrement en retrait de votre ligne de visée. Rappelez-vous : l’idée n’est pas de s’aligner vers une cible ni de toucher les tiges de vos bâtons déposés au sol. Ils serviront de référence, tout simplement.

L’exercice est en apparence bien simple, mais demande beaucoup de concentration. Pour fin d’exemple, en y allant d’un coup roulé de 10 pieds, effectuez votre coup sans détourner la tête pour regarder votre balle rouler. L’objectif est de ressentir le résultat final selon votre mouvement et vos sensations. Il n’est pas question ici de ligne, mais bien de vitesse de roulement. Est-ce que votre coup roulé a permis à la balle de rester à court ou de dépasser votre bâton au sol qui délimite la distance de 10 pieds ? Une fois que vous en êtes arrivé à une réponse interne, regardez où la balle a terminé sa course.

Il est certain qu’au début de l’exercice, vous aurez l’impression de jouer aux devinettes, mais au fur et à mesure que vous allez varier vos coups roulés, vos sensations vont se préciser et, surtout, vous optimiserez votre concentration, c’est-à-dire que votre attention ne sera pas sur la mécanique du mouvement ni sur la cible, mais plutôt sur le processus d’effectuer un mouvement de pendule fluide, rythmé et rempli de confiance.

Il y a présentement aucun vidéo de disponible.

Dernières nouvelles

Social