Hockey Le Magazine

Blogue Jean-Sébastien Légaré | Un retrait qui nous ramène à la réalité

Photo Getty

La nouvelle a fait les manchettes samedi soir dernier : Tiger Woods s’est retiré du Championnat de la PGA à l’aube de la ronde finale. Est-ce que ç’a été surprenant ? Non. Est-ce inquiétant pour la suite ? Certainement, mais à quoi peut-on s’attendre dans un avenir rapproché ?

 

Jean-Sébastien Légaré | Au19e.ca

Rédacteur en chef

 

Pour la première fois de sa carrière, Tiger Woods a décidé d’abandonner durant un tournoi majeur. Une troisième ronde de 79 réalisée dans des conditions difficiles. Devant les médias, il n’a pas caché sa douleur, il avait mal.

Le froid n’est pas un allié lorsque vous avez de l’acier qui remplace des os. D’un point de vue statistiques, il n’a atteint que six allées sur ses coups de départ ainsi que six verts en coups prescrits. Rien de plaisant en ce qui a trait à la performance et, surtout, rien de plaisant côté météo. Est-ce que 72 trous, c’est trop demandé ? Pourtant, le début de semaine laissait présager un Tiger en grande forme. Meilleure qu’au Tournoi des Maîtres, selon son propre aveu.

Par contre, il faut savoir que sa routine de préparation et celle d’après-ronde sont pratiquement aussi longues que la partie de golf elle-même. Les médias américains mentionnent qu’il a besoin d’un minimum de trois heures de préparation avant une partie et c’est la même chose au retour. Si votre temps de départ le lendemain est prévu aux alentours de 8h, ça devient franchement un pensez-y bien! Surtout quand vous n’avez plus rien à prouver!

Vous avez beau être un guerrier adulé par la foule, si Tiger abandonne, c’est que la limite a été atteinte.

C’est certainement les spectateurs de la ronde finale qui ont été les plus déçus. À mon humble avis, cette première pourrait ne pas être la dernière.  

Il l’a mentionné à maintes reprises : il participe à un tournoi de golf, car il est convaincu qu’il peut le gagner. La qualité du jeu y est, la volonté aussi, mais comme ç’a été le cas trop de fois au cours de sa carrière, son corps dicte la véritable suite des choses.

Les conditions climatiques doivent être idéales pour lui permettre de marcher convenablement le parcours, tout autant que les heures de départ qui doivent concorder avec ses longues routines préparatoires. C’est le défi qu’il a dorénavant devant lui.

Sans oublier les parcours joués, c’est-à-dire les quatre tournois majeurs. La marge de manœuvre pour soulever un trophée est pratiquement nulle.

Dans quatre weekends, ce sera l’Omnium américain. Le plus imposant défi de la saison, quoique 7000 verges l’attendent, ce qui est peu. Une bonne nouvelle en soi!

Un mois plus tard, ce sera au tour de l’Omnium britannique, où il a déjà confirmé sa présence, d’ailleurs. La 150e édition de l’Omnium britannique pourrait-elle être la dernière de Tiger ? Le monde du golf serait en état de choc, mais personnellement, ce ne serait pas une nouvelle qui me surprendrait.

Tiger n’a plus rien à prouver, mais il est un fier compétiteur. Il va tout donner…sans hypothéquer sa vie personnelle, bien sûr. Il veut définitivement terminer sur une bonne note!

La monde du golf n’est pas prêt à le voir partir. Tous croient encore à quelques histoires magiques comme celle du Tournoi des Maîtres de 2019.

Si vous avez la chance de le voir jouer, faites-le. D’ailleurs, l’Omnium américain présenté à Brookline, dans le Massachussetts, n’est qu’à cinq heures de route de notre métropole. Un ami me rappelait ce weekend que le prochain Championnat de la PGA sera disputé à Oak Hill Country Club, à Rochester, dans l’État de New York. Un peu plus de cinq heures de route pour être témoin de l’effet Tiger. Cela fait deux possibilités en moins d’un an.

Impossible de prédire l’avenir, mais je ne suis pas certain que les chances soient aussi belles que maintenant. Alors pourquoi pas un roadtrip comme dirait l’autre ? Il me semble que l’on est bien mûr pour un voyage au pays de l’Oncle Sam !  

Il y a présentement aucun vidéo de disponible.

Dernières nouvelles

Social