Hockey Le Magazine

Blogue Jean-Sébastien Légaré | Omnium des États-Unis : retour au champ de bataille!

Phil Mickelson était présent à Winged Foot en 2006. (Getty)

Le parcours Winged Foot, dans l’État de New York, où sera présenté l’Omnium des États-Unis à compter de jeudi, est l’un des tests de golf les plus imposants qui soit. La dernière fois que l’on y a présenté un tel omnium, c’était en 2006 et Geoff Ogilvy avait triomphé grâce à un cumulatif de +5.

 

Jean-Sébastien Légaré | Au19e.ca

Rédacteur en chef

 

Cette édition nous rappelle évidemment la déconfiture de Phil Mickelson au 72e et dernier trou, alors qu’il détenait une avance d’un tout petit coup. Un double boguey plus tard et l’Américain se traitait d’idiot devant tous les médias. Une autre victoire majeure lui glissait entre les doigts.

Pendant que toute l’attention était sur le golfeur gaucher, il faut aussi rappeler que Colin Montgomerie avait également peiné au dernier trou avec un double boguey. La presse européenne avait été cinglant à son endroit. Pas facile de terminer deuxième !

 

Winged Foot rajeuni

C’est pratiquement un tout nouveau lot de golfeurs qui affrontera le parcours Winged Foot, cette semaine, alors que sur les 143 golfeurs en liste (retrait, dimanche dernier, de Scottie Scheffler), 15 ont joué l’édition de 2006. Neuf d’entre eux avaient évité la coupure, établie à +9.

 

Résultats 2006 et participants en 2020

É2e – Phil Mickelson

É6e – Steve Stricker

É12e – Ian Poulter

15e – Paul Casey

É21e – Adam Scott

É26e – Henrik Stenson

É32e – Scott Hend

É37e – Charles Howell III

É48e – Graeme McDowell

MC – Zach Johnson

MC – Lucas Glover

MC – Billy Horschel

MC – Tiger Woods

MC – Matt Kuchar

MC – Sergio Garcia

 

Tous ces golfeurs ont acquis beaucoup d’expérience depuis.

À l’exception de Billy Horschel, qui est âgé de 33 ans aujourd’hui, tous les autres ont déjà franchi la barre des 40 ans. Est-ce qu’un passage à l’Omnium américain en 2006 peut vraiment être un avantage ? Il faut mentionner également que le parcours Winged Foot a été allongé de plus de 200 verges, comparativement aux dernières hostilités.

Quatorze années se sont écoulées et le portrait du parcours semble pratiquement le même, mais celui du peloton de départ a pour sa part bien changé. Quarante des 156 golfeurs qui ont pris le départ en 2006 avaient 40 ans et plus. Cette semaine, ils ne seront que 24, dont 14 qui ont participé à l’édition précédente.

Pour ce qui est des jeunes loups, ils sont plus nombreux, évidemment! Cinquante-trois golfeurs avaient moins de 30 ans à l’époque, alors qu’ils seront 70 à prendre le départ jeudi. Nul besoin de faire de calculs exhaustifs, mais il s’agit là de pratiquement 50% des participants.

En fait, je me suis amusé à faire un petit calcul : 128 golfeurs sont inscrits à l’Omnium américain cette année et n’ont pas participé à l’édition de 2006. Ils avaient, en moyenne, 15 ans lorsqu’Ogilvy a soulevé le trophée. Voilà une autre preuve que le visage du golf change rapidement. Seulement quelques irréductibles survivent à l’ascension des nouveaux talents. Woods et Mickelson sont évidemment les deux piliers de ce groupe, mais les Stenson, Casey, Poulter, Kuchar et Scott, pour ne nommer que ceux-là, tirent admirablement bien leur épingle du jeu. Seront-ils inspirés par la plus récente victoire du vétéran Stewart Cink? À suivre…  

 

Plus de munitions

Un autre fait intéressant afin comparer les deux éditions présentées à Winged Foot est la puissance des golfeurs. En 2006, la moyenne de la puissance des coups de départ sur le circuit était de 289 verges. Bubba Watson trônait au sommet de la catégorie avec une moyenne de 319,6 verges.

Aujourd’hui, au terme de la saison 2020, la moyenne s’élève légèrement au-delà de 296 verges, alors que Bryson DeChambeau (2.0) a terminé premier avec 322,1 verges.

Une augmentation d’une demi-verge par saison. Seulement sept verges en 14 ans!

C’est bien peu, vous me direz !

Ce n’est pas à ce niveau que la puissance des golfeurs étonne. En fait, en 2006, 20 joueurs affichaient une moyenne supérieure à 300 verges sur le circuit de la PGA.

Quatorze saisons plus tard, ils sont 72.

Le pauvre Cameron Smith a terminé 73e avec une moyenne de 299,8 verges. C’est de l’ironie, bien entendu!

Tout simplement pour dire que le parcours Winged Foot a beau avoir été allongé de 200 verges, les golfeurs possèdent davantage de munitions pour faire face au défi.

De plus, habituellement disputé au mois de juin, l’Omnium américain présentera un défi différent, alors qu’on prévoit même un peu de pluie en lever de rideau. En espérant que Dame Nature ne s’en mêlera pas trop !

Est-ce que quelqu’un sera en mesure de surclasser Dustin Johnson ? Je ne crois pas…

En souhaitant bonne chance aux quatre Canadiens en lice : Corey Conners, Adam Hadwin, Mackenzie Hughes et Taylor Pendrith.

On vous rappelle aussi que, cette semaine, tout ce qui est « normal » a beaucoup de valeur ! Bon US Open !

Il y a présentement aucun vidéo de disponible.

Dernières nouvelles

Social