Hockey Le Magazine

Blogue Jean-Sébastien Légaré | L’histoire de Brooke

Photo Getty

Brooke Henderson a remporté un deuxième titre majeur en carrière à l’occasion du Championnat Amundi Evian, disputé en France. Avec un 12e titre en poche sur le circuit de la LPGA, l’athlète de 24 ans poursuit son ascension historique vers des sommets pour l’instant inconnus. Une histoire qui s’écrit au même rythme qu’on a le privilège de la vivre.

 

Jean-Sébastien Légaré | Au19e.ca

Rédacteur en chef

 

Il est difficile de comparer les exploits actuels de Brooke Henderson avec le sport canadien, tout simplement parce qu’elle défriche sa propre voie. Personne au Canada dans le monde du golf ne s’est rendu là où elle se situe présentement : 12 victoires professionnelles, dont 2 majeures, et 3 titres de plus que quiconque. Des chiffres qui, à première vue, ne font pas sursauter si l’on compare à une certaine Annika ou à un dénommé Tiger, mais qui seront immortalisés une fois que, malheureusement, l’histoire sera terminée. Heureusement, elle ne semble pas près de l’être, puisqu’à seulement 24 ans, on est en droit de se demander : quels sont les chiffres atteignables d’un point de vue victoires ?

Il y a très peu de modèles de comparaison, mais j’ose tout de même… Quel athlète canadien a été une figure dominante dans une discipline qui, pour la population en général, ne fait pas partie du paysage quotidien comme le hockey, par exemple ? J’ai envie de penser à Steve Nash, meneur de jeu au basketball, ou à Christine Sinclair, au soccer. Très peu d’athlètes canadiens servent de référence dans leur discipline respective. 

Au tennis, tous les espoirs étaient permis avec une certaine Eugénie Bouchard. Malheureusement, seule la principale intéressée peut expliquer la suite. Peut-être les Shapovalov, Auger-Aliassime et Fernandez paveront leur propre chemin à la Brooke ! Cependant, le terme « blessures » ne doit absolument pas faire partie des prochains épisodes.

Revenons au golf. Brooke a mentionné avoir eu besoin de prendre un pas de recul avec la compétition pour retrouver un bon état d’esprit sur les parcours de golf. À se battre contre les meilleures au monde, la victoire est ce qui compte le plus. Cependant, c’est aussi la principale difficulté mentale, puisque la performance et les résultats prennent le dessus sur le processus et la motivation intrinsèque.

Ce repos de trois semaines en famille a été salutaire pour refaire le plein d’énergie, mais aussi pour retrouver une belle perspective qui lui permet de retrouver ses aises sur le parcours. Techniquement, ajoutons le changement de position des mains avec le fer droit. Une grande amélioration d’un point de vue statistiques sur les coups roulés, l’une des seules faiblesses qu’elle laisse paraitre à l’occasion en compétition.  

Outre l’Omnium féminin CP, qui sera disputé tout près de chez elle au Ottawa Hunt & Golf Club, il est difficile de dire si les attentes sont élevées pour Henderson, car règle générale, les attentes externes viennent, à mon avis, avec un objectif qui a été atteint ou qui doit être dépassé.

Pour Brooke, elle semble être devant une page blanche pour la suite de sa carrière. Elle a accompli tellement de choses et elle n’a que 24 ans. Quels objectifs internes lui permettraient de poursuivre son ascension pour les cinq ou dix prochaines années sans perdre la motivation ? Devenir la numéro un au monde, rien de moins. Alors qu’elle se pointe maintenant au sixième rang avec cette plus récente victoire en France, je suis convaincu que ça fait déjà partie de ses objectifs, mais elle doit le dire haut et fort. Elle doit établir ses propres règles. 

La quantité de victoires est une belle donnée statistique, mais la position de tête au sommet de l’échiquier mondial serait non seulement un accomplissement historique hors normes, mais aussi une motivation indescriptible pour toutes les golfeuses canadiennes qui aspirent à devenir la prochaine Brooke.

Entre temps, soyons patients et vivons l’histoire de Brooke une page à la fois !

Il y a présentement aucun vidéo de disponible.