Hockey Le Magazine

Blogue Jean-Sébastien Légaré | L’année de l’espérance

M
Maude-Aimée LeBlanc (Photo Getty)

La saison de golf au Québec tire lentement, mais sûrement à sa fin. Alors que pouvons-nous se souhaiter d’ici la fin de 2022 ainsi que pour 2023 ?

 

Jean-Sébastien Légaré | Au19e.ca

Rédacteur en chef

 

Toute bonne chose a une fin. Une autre saison remplie d’infolettres Au 19e qui se termine. La saison de golf 2022 a été forte en rebondissements dans le monde du golf professionnel. Une nouvelle ère tend à se développer pour les meilleurs golfeurs de la planète. « Pour le meilleur et pour le pire », comme dirait le célébrant.

Comme ce fut le cas en 2021, les nouvelles et histoires qui ont été les plus répandues en 2022 ne provenaient pas des parcours de golf.

En 2021, il avait été principalement question de l’accident de Tiger Woods, puis de la discorde entre Brooks Koepka et Bryson DeChambeau qui avait permis d’alimenter les réseaux sociaux.

Un an plus tard, le bras de fer entre LIV GOLF et le PGA TOUR aura accaparé l’antenne médiatique. Peut-on espérer de vents plus calmes pour l’an prochain ?

D’ici là, quelques évènements professionnels sont à l’horaire et les simulateurs de golf seront pris d’assaut ici, au Québec, par les golfeurs et golfeuses qui n’ont pas le luxe de profiter de la chaleur dans le sud.

 

On espère…

-Maude-Aimée LeBlanc entame l’important dernier droit de la saison sur le circuit de la LPGA. Sera-t-elle au sommet de sa forme pour la course au Globe CME ? Elle est 69e. Bon succès!

-Brooke Henderson est quant à elle classée quatrième. On espère une troisième victoire cette saison.

-On espère une belle performance de Sarah-Ève Rhéaume. Étudiante à l’Université Furman, l’athlète de Québec tentera sa chance lors de la seconde étape de qualification sur le circuit de la LPGA. Deux Québécoises sur le plus haut circuit féminin l’an prochain, pourquoi pas ?

-Je lance le nom de Brigitte Thibault au passage, elle qui a fait le saut chez les professionnelles il y a quelques semaines. La route devra cependant se faire via les circuits satellites et les qualifications du lundi.

-Chez les hommes, il y a le Challenge Hero, étape non-officielle du PGA TOUR, où Tiger Woods en est l’hôte. Sera-t-il des participants ? On espère.

-Il y a également le tournoi PNC Parent-enfant, organisé par le Circuit des Champions et disputé en décembre. Les échos affirment qu’une nouvelle paire fera son entrée, les Spieth! Si l’on ajoute les Woods et Thomas, les organisateurs auront besoin de repenser l’accès aux spectateurs. L’événement prendra de l’ampleur et c’est parfait ainsi avec le temps des Fêtes.

Attendez de revoir Charlie Woods au petit écran. Il n’a plus rien de petit. Il a grandi et affiche maintenant une costaude silhouette d’adolescent. Il a du père dans l’nez!

Pour ce qui est du paternel, justement, on espère un Tiger en santé, mais on espère (croisement de doigts) un Tiger plus fréquent au petit écran pour la prochaine saison. Le monde du golf n’a pas encore sa prochaine idole. Certains jeunes du grand circuit semblent vouloir prendre ce rôle, mais nul n’est prêt et outillé pour cette tâche.

Petite déroute astrologique ici : c’est l’année du lapin, quatrième position du cycle zodiaque chinois pour les intéressés. 1951-1963-1975-1987-1999-2011. Rappelons que Tiger est né en 1975. Les astres seront-ils alignés ? Trêve de plaisanteries!

-On espère un classement mondial qui reflète le talent actuel.

-On espère des Canadiens victorieux… Rappelez-vous que l’on parle de golf, ici ! Ça commence bien avec une victoire de Mackenzie Hughes, qui semble déjà avoir débuté son ascension en vue de la Coupe des Présidents de 2024.

-On espère un calendrier de la LPGA avec des bourses à la hausse et un arrêt pas trop loin de notre belle province. Pourquoi pas un évènement en 2024 ? Combiné à la Coupe des Présidents, ce serait génial, non ?

-On espère… On a hâte, mais on appréhende surtout le Tournoi des Maîtres au mois d’avril. Quelle décision prendront les dirigeants du Augusta National quant aux joueurs invités ? Sans oublier le fameux 13e, qui a « finalement » été rallongé d’une trentaine de verges.

-On espère quelques feux d’artifices de la part de nos Québécois sur la scène internationale. Étienne Papineau a tellement fait vibrer la planète golf du Québec lors de l’Omnium Waste Management, à Phoenix, en février dernier. On en veut plus!

-On espère un hiver clément et froid pour faciliter le travail des équipes d’entretien des clubs de golf le printemps prochain et obtenir de bonnes conditions de jeu.

-On espère l’équipement ultime qui nous permettra de jouer le meilleur golf de notre vie… D’accord, je dérive un peu trop!

Je termine sur un sujet primordial : on espère la santé. Point.

Merci de nous lire et n’oubliez pas de continuer à nous suivre sur Au 19e.

Il y a présentement aucun vidéo de disponible.