Hockey Le Magazine

Blogue Jean-Sébastien Légaré | Cher St. Andrews !

Pgoto
Photo Getty

On mentionne depuis plusieurs années que le parcours The Old Course, à St. Andrews, n’est plus un test adapté pour les meilleurs golfeurs au monde. De par son caractère historique, le berceau du golf se retrouve dans une situation particulière…et il semble bien qu’il n’y ait rien à faire. St Andrews est intouchable.

 

Jean-Sébastien Légaré | Au19e.ca

Rédacteur en chef

 

Une normale 72 qui s’étire difficilement sur plus de 7300 verges. Deux normales 5, deux normales 3 et cinq courtes normales 4. Elles ont d’ailleurs été atteintes à plusieurs reprises par plusieurs joueurs dès le coup de départ, spécialement les 9e et 18e trous.

Ils ont été joués en moyenne un demi-coup sous la normale pour l’entièreté du tournoi. Autres statistiques révélatrices, les golfeurs ont enregistré 23 aigles sur ces deux courtes normales 4, comparativement à 25 sur les deux normales 5. 

Compte tenu que le parcours est ferme, les quelque 7300 verges ne sont plus valables. La moyenne de tous les coups de départ enregistrée pendant les quatre jours de compétition est de 304,6 verges. Les wedges ont été amplement utilisés.

Outre le principe d’éviter les fosses de sable, la précision des coups de départ avait peu d’importance. L’objectif était de mettre la balle en jeu. Ce qui met davantage l’emphase sur le jeu court.

Les principales défenses de ce parcours sont sa fermeté, la position des fanions sur les verts et le vent si, bien sûr, il est présent. De ce côté, on repassera pour la prochaine édition.

Si le tracé avait été réceptif dans ces mêmes conditions venteuses bénignes, j’ose à peine imaginer les résultats, car les golfeurs auraient eu davantage accès aux fanions, peu importe la provenance de leur coup. Heureusement, pour l’honneur de St. Andrews, ça n’a pas été le cas.

Certains fanions ont été placés à des endroits jamais vus et ça n’a pas fait le bonheur de tous. Parlez-en à Matt Fitzpatrick ! Les organisateurs ont planifié de façon à ce que le record du parcours pour l’Omnium (63) soit en quelque sorte protégé, mais avouez qu’il a été en danger à tous les jours de cette 150e édition.

Cameron Young : 64 jeudi. Cameron Smith : 64 vendredi et dimanche. Sam Burns : 64 dimanche. Pour ce qui est de la ronde de samedi, Kevin Kisner a signé un 65, alors qu’il affichait -7 après 10 trous. De capricieuses positions de drapeaux sur le neuf de retour l’ont empêché de poursuivre sur sa lancée. Ainsi va le golf !

Vingt joueurs ont terminé la compétition à -10 ou mieux. Soixante-et-treize ont conclu les quatre jours sous la normale. Est-ce que le meilleur golfeur a gagné ? Oui !

Suis-je pour ou contre un vainqueur d’un évènement majeur à -20 ? Je suis contre, mais il n’y a rien à faire. C’est ainsi que se déroule parfois les omniums britanniques.

Je ne voudrais surtout pas mettre de côté l’excellence de Smith qui a égalé, avec cette marque de -20, celle des Dustin Johnson (Tournoi des Maîtres), Henrik Stenson (Omnium britannique) et Jason Day (Championnat de la PGA) réalisés lors d’évènements majeurs. Il a eu en sa possession le fer droit le plus chaud de tous !

Est-ce que je veux voir les meilleurs au monde revenir à St. Andrews ? Certainement! ‘Alors pourquoi, diable, te plains-tu ?’, diront certains.

C’est simplement une constatation où je n’y vois pas de solutions. Les terres saintes du golf ne seront pas retouchées, comme c’est le cas pour le parcours du Augusta National qui dépense des millions de dollars pour s’adapter à la technologie de l’équipement d’aujourd’hui. D’ailleurs, le 13e se refait présentement une beauté et oscillera autour de 550 verges dès avril. À suivre…

Pour en revenir à St. Andrews, on a apporté des modifications au parcours pour l’édition de 2015 et la marge de manœuvre est minime, voire nulle. Par exemple, le 17e a été allongé en déplaçant le tertre de départ de l’autre côté de la ruelle. Le tracé est appuyé sur la clôture. Il y a même une règle locale comme quoi il n’y a aucun allégement permis aux abords du vert lorsque votre balle est directement sur le chemin. La propriété est tout simplement trop restreinte. Il faut avouer que ça fait partie de sa magie. On semble y jouer à une autre époque…

Est-ce que les organisateurs ont déjà envisagé un parcours composé ? Il y a tellement de trous à leur disposition. Plusieurs clubs prestigieux le font lorsque vient le temps de recevoir les meilleurs professionnels de la planète. Ç’a d’ailleurs été le cas à Brookline lors du dernier US Open.

Cependant, St. Andrews n’est pas seulement prestigieux. Il est légendaire, mythique et… symbolique !

J’ai l’impression que l’égo de la R&A ne permettrait pas une telle chose, mais il serait intéressant de poser la question à qui de droit. Il doit bien y avoir quelques trous sur les New Course, Jubilee Course et Eden Course qui offrent un peu de piquant.

St. Andrews est une terre sacrée et son vieux parcours semble figé dans le temps. Seuls les éléments naturels peuvent freiner l’excellence des meilleurs au monde. D’ailleurs, si les forts vents avaient été présents, ces écrits que vous venez de lire n’auraient peut-être pas eu leur raison d’être.

En attendant, j’appréhende grandement la fin de la saison, tant pour le rififi au niveau des circuits professionnels que pour ces instances qui finiront par prendre position en lien avec leur rapport de distance.

Il y a présentement aucun vidéo de disponible.