Hockey Le Magazine

Blogue Jean-Sébastien Légaré | Championnats de clubs : à vous de jouer!

Photo: pixabay
Photo: pixabay

Le temps des championnats de fin de saison approche dans pratiquement tous les clubs de golf du Québec. Il faut dire qu’en ce temps de COVID-19, il s’agit de l’une des très rares opportunités pour la majorité des golfeurs et golfeuses membres de se mettre au défi dans une ambiance compétitive, puisque les populaires compétitions interclubs ont été annulées plus tôt cette saison.

 

Jean-Sébastien Légaré | Au19e.ca

Rédacteur en chef

 

Beaucoup de golfeurs vont accentuer leur pratique en vue de ces fameuses rondes de tournois. Les attentes s’élèvent et le niveau de tolérance diminue, malheureusement.

Il devient alors difficile de rester dans le présent lorsque notre jeu n’est pas à la hauteur de nos attentes.

Il ne suffit que d’une seule information pour que notre cerveau confectionne une multitude de scénarios.

En bout de ligne, l’objectif de bien jouer et de ramener de bonnes cartes de pointage prend le dessus sur tout le reste. L’équation qui vous permet de bien vous élancer et d’obtenir de bons impacts n’a pratiquement plus d’importance. Quels sont donc les points de repères psychologiques qui peuvent vous aider à être à l’aise en pareille situation ?

 

Ouvrez les bras… et utilisez vos sens!

La première chose à faire avant même la venue d’une compétition et probablement la plus complexe à accomplir intérieurement, c’est d’accepter cette nervosité et le fait que vous n’agirez pas normalement.

Ouvrez les bras à cet inconfort et à ce défi qui stimule vos neurones à outrance. Ce n’est pas évident de sourire aux éléments qui nous déstabilisent, mais il s’agit de la bonne direction à emprunter.

Par la suite, une fois sur le terrain, simplifiez tout ! Non seulement votre routine et les éléments techniques qui vous permettent de bien vous élancer, mais également la représentation que vous faites de chacun de vos coups.

Si vous vous retrouvez à une quinzaine de pieds du trou sur le premier vert, la nature du coup roulé ne changera pas, même s’il s’agit de votre troisième, quatrième, cinquième ou sixième coup.

À chaque fois que vous avez un coup à effectuer, vous êtes la seule personne à y octroyer une valeur. Plus le coup aura de la valeur à vos yeux, plus il vous sera difficile de rester dans le moment présent. Chaque coup mérite le maximum de votre attention, et ce, peu importe s’il vous permet de sauver in extremis un triple boguey ou d’inscrire une huitième normale consécutive. Simplifiez chacun de vos coups en vous attardant aux éléments tangibles que vous devez considérer pour les réussir.

Si vos pensées vous amènent ailleurs – ce qui est tout à fait normal –, vos sens sont probablement vos meilleurs alliés pour vous ramener dans le moment présent.

Lorsque vous vous concentrez sur l’un de vos sens, il est facile de replacer vos pensées.

 

Cinq armes supplémentaires

Le toucher, la vue, l’odorat, l’ouïe et le goût sont tous des portes de sortie à votre imagination. Ressentir le sol sous vos pieds, vos vêtements sur votre corps, regarder le paysage et les dénivellations du parcours, écouter les sons ambiants autour de vous, goûter à votre collation et vous attarder aux odeurs de votre nourriture ou du parcours, voilà quelques-unes des façons qui vous permettront de revenir dans le moment présent.

Par contre, vos sens sont des couteaux à doubles tranchants. En fait, vous en conviendrez que ce sont bien souvent vos sens qui détournent votre attention. Combien de fois sommes-nous distraits par un bruit ou par un élément dans notre champ de vision ? Instantanément, notre concentration s’intensifie sur ce qui nous dérange : une personne qui parle en arrière-plan ou un employé de l’équipe d’entretien qui déambule l’allée du trou que vous vous apprêtez à jouer.

Comme vous le réalisez peut-être en ce moment, l’attention portée sur l’un de vos sens est l’une des belles forces du cerveau humain.

Le défi est d’exploiter le bon sens au bon moment afin de vous assurer que votre concentration soit dirigée au bon endroit, et non sur l’élément qui vous distrait.

La bonne nouvelle est qu’avec de la pratique, il est possible de permuter votre attention en ce qui a trait à l’utilisation de vos sens. Si votre vision prend toute la place, écoutez, sentez ou ressentez. Si votre ouïe s’intensifie sur ce qui se passe autour de vous, regardez ou ressentez. Sachez que vos sens sont vos plus belles portes de sortie. On appelle ça « la pleine conscience. »

Bon succès à tous ceux et celles qui sortiront de leur zone de confort. Je termine mon blogue avec un classique. « On gagne, mais on ne perd pas. On apprend ! »

Il y a présentement aucun vidéo de disponible.

Dernières nouvelles

Social