Maintenance

Une mise à jour planifiée sera effectuée ce lundi, le 10 mai, vers 7h00. Cette mise à jour devrait durer environ 30 minutes.
A scheduled update will be performed this Monday, May 10th, at 7:00 AM. This update should last around 30 minutes.

Hockey Le Magazine

Blogue Jean-Sébastien Légaré | Augusta National, le vrai !

Hideki Matsuyama (Photo Getty)

Lundi, lendemain du Tournoi des Maîtres. Il y a toujours cette petite baisse d’énergie pour les amateurs de golf qui ont écouté avec attention ce qui est, à mon sens, la plus grande célébration du golf.

 

Jean-Sébastien Légaré | Au19e.ca

Rédacteur en chef

 

Hideki Matsuyama a remporté le veston vert de façon méthodique sur un parcours qui, cette fois, a eu le dessus. Un véritable test de golf. Ferme et rapide, plusieurs s’entendent pour dire qu’il y a très longtemps que l’on n’avait pas vu le parcours du Augusta National dans de telles conditions. Impeccable!

Brunâtres, certes, ont été les verts en lever de rideau, mais ô combien exigeants. Dès cette première ronde, les golfeurs ont dû s’adapter et faire preuve de patience. Ils avaient tous quelques journées pour s’y préparer, mais dès jeudi, nous avons rapidement constaté que plusieurs ne semblaient pas prêts pour ce genre de défi… au parfum d’Omnium américain.

 

Mes déceptions : Dustin Johnson, Patrick Cantlay et Sung Jae Im

Mes déceptions, mais qui n’ont pas été une surprise: Rory McIlroy, Lee Westwood et Brooks Koepka

 

Pourquoi ces trois derniers noms, vous me direz ? J’y vais d’analyses rapides et c’est évidemment mon humble opinion. McIlroy est en transition avec un nouvel entraîneur, Westwood a laissé derrière lui beaucoup d’énergie avec ses excellentes performances des dernières semaines et Koepka a joué sur une jambe.

Habituellement, lors des évènements réguliers du PGA TOUR, la coupure amincit de plus de la moitié le peloton pour le weekend, mais à l’occasion du Tournoi des Maîtres, c’est autour d’une trentaine de joueurs seulement qui ont dû plier bagage. J’ai l’impression que c’est encore plus crève-cœur lorsque ce nombre est peu élevé. Personne ne veut faire partie de ce groupe.

 

Dans les moindres petits détails

Pour ceux et celles qui ont l’habitude de regarder l’évènement depuis plusieurs années, la ronde finale a des allures de retrouvailles, étant donné que l’on connaît pratiquement par cœur ce parcours. Les positions classiques des fanions permettent de constater que les organisateurs savent exactement ce que ça prend pour offrir un bon spectacle, soit des émotions ainsi que des revirements de situation en toute fin de parcours.

La progression du vent a clairement été à l’avantage du vainqueur, puisqu’à son arrivée au Amen Corner, les bourrasques de la mi-journée n’étaient plus au rendez-vous.

Tous les golfeurs ont été déstabilisés, à un certain moment, au cours de cette finale, mais Matsuyama est celui qui a repris ses esprits le plus rapidement. Il peut dire merci à cette avance de quatre coups. Son neuf de retour lors de la troisième ronde a véritablement fait la différence dans ce tournoi. Et si j’avais à cibler un moment durant la ronde finale, j’opterais pour cette monstrueuse normale sauvée au 5e. Tous les coups ont la même valeur, mais ce roulé de 17 pieds était impératif.

Côté spectacle et feux d’artifice, nous aurions aimé avoir plus de couleurs et de hauteurs, mais les prétendants ont été limités. C’est souvent le cas le dimanche, alors que l’on constate que plusieurs golfeurs manquent de gazoline dans le réservoir. C’est à ces moments que les erreurs mentales surgissent: Corey Conners sur le premier neuf, Will Zalatoris au début du 2e, Justin Rose au 15e et, évidemment, Xander Schauffele au 16e, alors que son coup de départ a pris la direction de l’obstacle d’eau. Les nerfs de Matsuyama ont par la suite tenu le coup.

Une victoire historique pour le Japon… et même deux avec celle de Kajitani obtenue une semaine plutôt, sur ce même parcours.

Le Japon ne peut être en meilleure position avec la venue des Jeux olympiques. Ne reste plus qu’à espérer que cette satanée pandémie sera à tout le moins contrôlée rendu là…

 

Le 15e bâton

Mon conseil psychologique de la semaine concerne encore une fois votre préparation à effectuer un coup de golf, spécialement lorsque vous êtes en position à l’adresse. Quelles sont vos pensées lorsque vous dirigez le regard une dernière fois vers la cible ? Est-ce que ça concerne votre alignement ? Le résultat ? Les obstacles ? Est-ce que la formulation est négative ? Est-ce qu’il y a un doute par rapport à un paramètre ? Si vous répondez oui à l’une de ces questions, vous n’êtes pas dans un état d’esprit optimal.

Alors voici un élément d’évaluation abstrait qui peut vous permettre d’échapper à ces questions.

Est-ce que vous vous attardez à votre niveau d’anticipation ? Sur une échelle de 1 à 10, dans quelle mesure anticipez-vous l’élan, le coup ou le résultat ? Plus votre esprit anticipera, moins vous serez dans ce fameux moment présent et moins vous serez en mesure d’exécuter un bon élan. 

Restez dans l’abstrait et oubliez la technique lors de votre prochaine pratique. Prenez conscience de vos pensées.

 

Bonne semaine de golf et n’oubliez pas votre masque!

Il y a présentement aucun vidéo de disponible.

Dernières nouvelles

Social